Contre le passe dit sanitaire, mais alors quoi d'efficace contre la pandémie ?

Le président Emmanuel Macron a annoncé que la France allait instauré un passe dit sanitaire. Celui-ci vise à lutter contre le SARS-CoV-2 et ses variants, responsables de la maladie à coronavirus 2019, dite Covid-19. Mais certaines personnes s'opposent au passe, qui n'est évidemment pas juste pour faire beau. En effet, il est de fait quasi-obligatoire, puisque sans plein de choses deviennent inaccessibles, et on peut même perdre son salaire pour certaines professions. Du coup, en plein été, des manifestations sont apparus avec comme mot d'ordre principal qu'il soit abrogé.

Mais cette mesure vise à pousser à la vaccination, qui est un des moyens d'avoir le fameux passe et devrait être à terme le seul moyen gratuit (hormis pour quelques cas spécifiques). Et la vaccination contre le SARS-CoV-2 et ses variants est particulièrement efficace, autant pour réduire les dégâts chez les vacciné·e·s que pour celleux-ci le transmettent moins s'illes venaient à être contaminé·e·s. Certes, elle l'est moins avec certains variants, dont Delta, mais son efficacité reste tout à fait significative.

Du coup, s'opposer au passe dit sanitaire n'est-ce pas une mauvaise décision pour la santé et à terme vaincre la pandémie ? Nous proposons ci-après très rapidement quelques arguments.

Ne pas oublier d'aller au-delà des symptômes : la causalité pandémique

Il faudrait commencer par s'attaquer à la cause la plus probable des pandémies, le débordement zoonotique, c'est-à-dire le passage d'une maladie d'une espèce d'animal non-humain à l'humain. Il faudrait donc s'engager concrètement contre la déforestation, l'élevage intensif, le changement climatique, la nécessité de la viande de brousse pour certaines personnes, la vente d'animaux sauvages comme mets de luxe, etc. Dans le cas contraire, les symptômes (qui ne sont pas juste pandémiques) se poseront vraisemblablement de plus en plus souvent.

La défiance contre l'immunité collective et le mirage du tout-vaccin

Comment faire sanitairement ?

S'en prendre à la propriété privée

Limiter la propagation

C'est bien, mais c'est complémentaire à la vaccination. Rappelons d'ailleurs qu'on peut tout à fait être anti-passe (car allant contre l'immunité collective qui nécessite la vaccination du plus grand nombre et non de braquer les gens et donc de rendre bien plus dur ou impossible d'avoir les derniers pourcents de vacciné·e·s nécessaires, car ça instaure une société de contrôle, etc.) et en même temps être pour la vaccination, y compris pour les vaccins contre ce coronavirus et ses variants, malgré les profits juteux que ça permet (alors que beaucoup d'argent publique a été investi) et malgré les nationalismes vaccinaux (alors que la pandémie ne sera résolu que mondialement, car des variants potentiellement plus résistants à la vaccination pourraient émerger plus facilement dans des pays peu vaccinés et arriver ensuite dans des pays qui le sont beaucoup, ce qui fait que l'impératif moral de l'accès mondial aux vaccins est aussi un impératif pratique).

Lectures tierces en rapport avec le sujet